Toute ressemblance avec des faits réels n’est que pure coïncidence !

Cétait quasiment les seuls moments partagés en famille ! Les jours ouvrés , papa et maman passaient beaucoup de temps au boulot. Avec mes frères, nous avions aussi peu de temps disponible entre les cours à l’école, les cours de renforcement scolaire à domicile et les activités ménagères que Maman nous avait assigné. Les derniers dimanches du mois avaient donc toujours les goûts de vacances: le goût de la plage , des moments de loisirs et des douces brises de mer. Après l’église, je troquais rapidement ma robe en dentelle pour des vêtements décontractés et mon set de plage.

Originaires de Dabou et de Korhogo, les parents avaient grandi dans des environnements modestes et « stricts ». Là-bas, l’autorité se mesurait à la propension à faire atterir le fouet sur le postérieur des plus jeunes. Bien qu’ayant vécu dans des villes différentes, Papa et Maman nous contaient toujours les mêmes histoires roccambolesques pour nous présenter leur enfance et nous rappeler à quel point nous étions privilégiés.

« On étudiait sous les lampadaires qui bordent l’entrée de la ville. En cas de coupure de courant, on attendait les phares des voitures pour éclairer nos cahiers. D’ailleurs, celui qui n’apportait pas de seau d’eau au maitre le matin, n’avait pas le droit de s’asseoir en classe. Depuis le cycle primaire jusqu’à la terminale, j’étais toujours premier de classe, votre maman aussi. Aujourd’hui, quand vous n’avez pas de « corn flakes » le matin, ou une sortie à la plage par mois vous boudez! Ah les enfants de maintenant, vous pensez que la vie est facile hin ! »

the best receipe

Je croyais fermement à ces légendes juqu’à ce qu’un jour je découvre un carnet de notes indiquant des résultats cyclotimiques. C’était sans doute une année exceptionnelle, impossible d’en être autrement.

Ce  26 décembre 2004, comme des enfants privilégiés, c’était notre jour de plage. Les seuls jours où on pouvait se blotir, se caliner dans les bras des parents sans être taxés d’enfants « gâtés ». On allait aussi pouvoir se goinfrer comme à chaque fois : Poulet braisé, poisson braisé, frites, Attiéké… Ce que j’aimais par dessus tout, c’était la petite entrée que Maman commandait toujours : Effilé d’avocat crevettes et sa sauce cocktail!!! Papapapa ! C’était doux ! Les crevettes toujours bien fraîches et croquantes ! Et puis, la sauce là, sucrée salée façon qu’on versait sur les avocats tout doux, je pouvais manger çà toute seule… C’est cette petite entrée simple et savoureuse que je vous présente aujourd’hui !

Attachez vos tabliers, préparation immédiate 🙂 ! Effilé d’avocats aux crevettes 🍤 sautées à l’ail, c’est simple et c’est bon 😋😋😋!

Ingrédients pour 4-6 personnes :

  • 4 avocats murs à point  avec une belle texture (En Côte d’Ivoire, on dit Avocat Beurre ») ,
  • 400 gr de crevettes décortiquées,
  • 1 cuillère à café d’ail écrasé
  • 1 cuilère à soupe d’huile
  • 1 pincée d’amour pimenté.

Pour faire la petite vinaigrette sucrée de la sauce 🥑 🍤 , il vous faut :

  •  1 à 2 cuillères à soupe de ketchup,
  • 1 à 2 cuillères à soupe de moutarde douce,
  • 1 à 2 cuillères à soupe de mayonnaise,
  • 1 cuillère à café d’huile,
  • 1 cuillère à café d’eau.

Préparation

  • Couper votre avocat en deux  et retirer le noyau. Avec un couteau fin , détacher la pulpe de l’avocat sans couper la peau,
  • Découper ensuite  votre pulpe en fine tranches dans le sens de la longueur, puis réserver,
  • Dans une poêle, faire chauffer l’huile, rajouter les crevettes décortiquées et la cuillèrée d’ail écrasé,
  • Laisser dorer 5 minutes
  • Dans un bol, renverser le Ketchup, la moutarde, la mayonnaise, l’huile, un peu d’amour et  de l’eau. Mélanger énergiquement le tout.
  • Dresser les avocats émincés dans une grande  assiette plate, rajouter vos crevettes et verser la petite sauce sur votre plat! 😋 Miam ! Ça se mange tout seul 😚 #okedjenou #food #avocadotoast #schrimps #tasty

Powered by Facebook Comments