17 Aôut au soir : il est 21h quand je consulte le profil Instagram de Okedjenou ! Surprise Ayyahh de Ouaga s’est abonnée au profil de Okedjenou et a liké quasiment toutes les publications ! OMG ! Je suis partagée entre joie, honneur et stupéfaction !

Ayyahh de Ouaga !! Quoi ! Vous ne la connaissez pas ?! Si non, je vous la présente! aya-de-ouaga

A Abidjan, on a coutume de dire, il faut respecter les gens qui yont vécu ! En d’autres termes, ta jeune expérience ne doit pas de faire pousser des ailes au point de mépriser la connaissance et la sagesse de ceux et celles qui jouissent d’une plus grande expérience …

J’ai connu Ayyahh de Ouaga, il y a une année déjà au hasard de mes nombreuses balades sur Google. Je cherchais une recette burkinabé et un de ses articles était référencé dans les premiers résultats! J’ai d’abord été intrigué par le nom du blog. Je connaissais Aya de Yopougon, la célèbre bande dessinée de Marguerie Abouet traduite dans plus d’une trentaine de langues. J’avais aussi fait un parallèle avec mes origines : Aya, prénom Ivoirien, Ouaga, capitale burkinabè… c’était un peu moi ce métissage… L’article indexé n’aborderait sûrement pas ce que je recherchais mais je me devais de découvrir ce blog.

Toc toc, j’avais poussé la porte en cliquant sur « Entrée »… je pus apprécier un style simple et vrai, sans fioritures. Une belle plume qui partageait ses aventures, son vécu avec spontanéité … Moi qui n’avait pas mis pied à Ouaga depuis mon adolescence, je me retrouvais dans ses écrits comme si j’ y étais. Je me surprenais à sourire, seule, devant mon PC, sous le regard ahuri de mon voisin 😉 . Je tentai de le rassurer : « Chéri, il y a des choses qui ne s’expliquent pas ! Je viens de découvrir un blog là, c’est juste magique.» J’étais émerveillée… il fallait que je creuse pour en savoir plus ! Je défilais les pages presque sans fin. Quoi ! son blog existait depuis presque 9 années déjà ! Waou ! Où étais-je depuis ce temps ? Comment expliquer le fait que je ne le connaissais pas ? Un brin moqueur, mon chéri me rétorqua «  chéri, il y a des choses qui ne s’explique pas ». Il m’arracha un fou rire ! ll me restait désormais à savoir le personnage derrière ce mirifique blog !

Au Burkina, on appelle « diaspo », les populations d’origine Burkinabè ayant émigré dans d’autres pays, principalement de la Côte d’Ivoire avant de revenir s’installer au Burkina.  Je pariais en mon fort intérieur que l’auteure de Ayyahh de Ouaga en était une ! Surprise encore ! Je découvris au fil des articles que l’auteure était Ivoirienne « pure souche » ! J’étais servie ! Il ne m’en fallait pas plus pour m’abonner à la page Facebook du blog !

Au fil des mois, j’ai découvert que Reine, l’auteure de Ayyahh de Ouaga était une membre influente de la blogosphère Burkinabé, Ivoirienne, Africaine…! J’adorais son contenu et je le trouvais pertinent. Je nourrissais secrètement l’ambition de garder ma plume au fil des années, de rester constante dans la qualité des publications comme Reine !

Vous  comprenez donc ma surprise quand je découvre que le maître s’abonne à la page de l’élève en ce soir d’Août 2017 ! Le hasard n’existant pas, je projetais d’arriver à Ouaga la semaine suivante. Je pris mon courage à deux mains et j’écrivis à Reine toute l’admiration que je lui portais! Sa sympathie me laissa sans voix ! Rdv fut pris pour Ouaga après quelques messages!

Vendredi 25 aout 2017 – Nous y voilà! Je suis accueillie dans son cocon comme une princesse. Entre deux discussions, Reine m’apprend que Okedjenou est son coup de cœur pour les E-voir Blog Awards 2017. Elle a découvert mon blog par ce concours et a même fait un tweet à ce sujet! Sortez les mouchoirs, c’est déjà une victoire  😉 !

e-voir blog awards

Je profite pour apprendre auprès d’elle les secrets d’un contenu régulier, pertinent et efficace. J’espère les mettre rapidement en pratique. Après une demi-heure d’échange, vient l’heure du déjeuner. Les petits plats dans les grands, chef Marius, cuisinier du jour nous fait déguster un bon poisson braisé à la Camerounaise accompagné de riz au curry. Tout est assaisonné à point, délicatement, subtilement ! Je déguste  lentement en sirotant mon verre de bissap bien frais ! Ekiee ! Est-ce que j’ai besoin de vous dire que c’était doux, que c’était bon (je vous ai proposé une recette du poisson braisé à la Camerounaise par ici)… En tout cas, j’ai bien mangé ! Reine, Marius, Mman* Ayohooooo ! Ayokakakakaka ! Merci infiniment !

*Mman : Maman en Côte d’Ivoire

poisson braise

poisson-riz-curry

okejdjenou-aya-de-ouaga 2

Comme quoi, du virtuel au réel il n’y a qu’un pas!  Et vous, avez-vous déjà rencontré quelqu’un que vous suivez sur les réseaux sociaux ? Comment s’est passé votre rencontre ?