Il est 11h en ce jour d’un mois d’août. Les rideaux qui couvrent à moitié la fenêtre du salon ont du mal à cacher l’éclatante lumière du soleil déjà haut dans le ciel.

Dans cet appartement de 3 pièces transformé en un appartement de 3 chambres et un salon pour l’occasion vivent 4 étudiants originaires de la Côte d’ivoire. 3 d’entre eux suivent des études de droit et le plus jeune d’entre deux des études de mathématiques. Il est 11h et ils se réveillent à peine. A cette heure de la journée, ils devraient pourtant déjà être debout depuis 3 heures aurait t’on pu dire… « A quoi bon se réveiller plus tôt si on n’a rien à faire ? » disait sans cesse Kaneusso. Selon lui durant la période estivale, l’oisiveté était de mise pendant la journée et proscrite la nuit 😆 . « Avec ce soleil-là, qu’est-ce que tu peux faire ? » ajoutait-il fréquemment. Il n’avait pas tort. La chaleur était si ardente en pleine journée que nos 4 amis n’avaient pris l’habitude de profiter des vacances que lorsque le soleil se couchait. Etait-ce la vraie raison ? En tout cas c’était la version officielle systématiquement proposée par Milo à quiconque osait critiquer leurs habitudes durant l’été. La vérité était à chercher ailleurs.

« Djo les gars, je suis daleux* hein !» s’exclama JK à peine réveillé. « Qui gère la Dabali aujourd’hui ? » poursuit-il. Après quelques secondes à attendre une réaction de ses camarades il reprit « j’ai géré hier, je ne peux pas gérer aujourd’hui ! Même si on dit !? ». Toujours pas de réponse de Milo, Kaneusso et Maitre-Gbana. A ce jeu, le perdant est celui qui rompt en premier le silence. Il faut dire que JK n’était pas très doué. Il passa en revue le visage de ses colocataires, puis se résolut à préparer de quoi manger aujourd’hui. En prenant le chemin de l’épicier, il s’écria avant de de claquer la porte : « C’est la dernière fois hein ».

En ce moment, les poches sont particulièrement vides. Le réveil tardif est un bon moyen de lutter contre la faim.

Les théories en la matière sont légion dans la maison près du lac (c’est ainsi qu’a été baptisé l’appartement en raison du grand et nauséabond dépôt d’eaux usées qui jonchait la façade est de l’immeuble). Kaneusso aimait dire « celui qui dort n’a pas faim car quand on dort, on dépense moins d’énergie ». Quant à Milo, son credo c’était « les gars, la faim c’est dans la tête…». Il fallait tenir durant ce mois d’août.

La majorité des étudiants étrangers au Maroc était titulaire d’une bourse de l’AMCI (l’agence Marocaine de Coopération Internationale), désignée du même nom. Cette bourse était versée chaque 2 mois de septembre à Juin. Environ 150 euros étaient versés à chaque étudiant moyennant une signature. Toutefois il y avait une particularité. À la fin du mois de mai et juin les étudiants recevaient à la fois les bourses des mois de Mai- juin et Juillet-Août. Passé fin juin, il fallait donc attendre la fin du mois d’août pour voir la prochaine AMCI pointer son nez. Il ne faut pas être devin pour prédire que la totalité des sommes reçues serait dilapidée dans un délai de 2 mois en restaurant, alcool, boîte de nuit, vêtements… La situation qui prévaut à la maison près du lac trouvait là sa véritable cause.

Sur le chemin le menant à l’épicerie JT réfléchissait à ce qu’il envisageait de rapporter à la maison. Avec l’équivalent de 1,5 euros en sa possession les choix étaient limités. C’était soit les « baetates » ou la « Smida », autrement dit les œufs ou la semoule de blé. Et comme, il n’aimait pas la semoule , il opta rapidement pour acheter des œufs.

La veille, il avait cuisiné des œufs sardines, l’avant-veille des œufs aux saucisson…  « Tiens ! Pourquoi pas des œufs au fromage? » se demanda t’-il. D’un pas rassuré,  il entra dans l’épicerie en disant « choufff…atteni achra baetates, jauges robs, Khamsa fromage dial la vache kiri n jouges knor ». Après  s’être délesté de ses dernières pièces de monnaie, il récupéra les denrées des mains de l’épicier, direction  maison du lac pour cuisiner des œufs fromage à dévorer avec ses 3 compères. Encore fallait-il savoir le cuisiner…

 

Ingrédients

  • 1 oignon
  • 1 tomate
  • une pincéE de sel
  • 1 cuillère à soupe d’huile
  • 6 triangles de Fromage Vache qui rit
  • 1 paquet de dés de dinde ou de dés de poulet (facultatif)

Préparation

  1. Emincer finement l’oignon , puis la tomate,
  2. Dans une poêle, faire dorer l’oignon puis la tomate avec une cuillère d’huile 5-10 minutes,
  3. Rajouter les oeufs sans les battre et une pincée de sel,
  4. Rajouter ensuite le fromage dans la poele et laisser cuire à feu doux jusqu’à ce que le mélange se décolle seul de la poêle.
  5. Une photo des principales étapes si vous voulez réaliser la recette au four 🙂

Bon appétit !

Freddy Kakou

*daleux : affamé en argot Ivoirien (Nouchi)

Powered by Facebook Comments