Hello les gourmandes (gourmands) ! Si vous suivez Okedjenou sur les réseaux sociaux, il ne vous a pas échappé que j’ai posé mes valises au Cameroun durant l’été dernier pour un séjour en trois étapes avec Poupouyou : Douala, Yaoundé et Kribi !

A Douala, j’ai découvert une ville en plein essor, grouillant d’activités comme dans une fourmilière. J’ y ai dégusté le bon poisson braisé Camerounais, frais, doux et épicé. En visite chez la Maman d’une grande amie, j’ai également savouré une  bonne soupe de poisson dont mes papilles se souviennent encore ! Ouii, comme en Côte d’Ivoire, on ne rend jamais visite sans déguster les mets de la maison!

A Yaoundé, j’ai été charmée par une ville bien structurée comme sur une maquette avec ses belles architectures dédiées à des monuments historiques et à des institutions nationales. Invitée à un mariage traditionnel Agni-Ewondo, j’ai été subjuguée devant la diversité culinaire accentuée par la présence de 288 ethnies : le Safou farci au Thon, le N’Dolè National, la soupe au Hérisson, l’ Okok, des brochettes de Gambasses bien relevées en goût …

Meilleure recette

J’ai finalement posé mes valises à Kribi pour un séjour balnéaire culinaire : Kribi la belle ! Lors des éternels débats entre Ivoiriens et Camerounais, j’en ai souvent entendu parler comme le pendant d’Assinie en Côte d’Ivoire (une presqu’île Ivoirienne paradisiaque où se rencontrent l’embouchure d’un fleuve et de la lagune). Je vous ferai un focus dessus bientôt j’espère .  Il fallait donc que mes yeux voient si Kribi pouvait tenir la chandelle devant Assinie.

Une fois arrivés à Kribi et après une énième dégustation de Poissons braisés, de Bôbôlo et de crustacés en tout genre, j’avais envie de nouveautés. Justement, je suis invitée le deuxième jour de mon arrivée à dîner avec des proches et la maitresse de maison me fait savoir que pour le menu du jour  mes ordres sont des désirs ! Mon instinct carnivore ressurgit. Je lui raconte avec passion mon  beau road-trip culinaire mais j’avoue que je suis toute aussi curieuse de découvrir un mets à base de viande. Maman Obosso me proposera donc de découvrir un excellent mets Camerounais dont elle a le secret : la sauce Pistache au Poulet !

Je rétorque aussitôt « Hum !! C’est un plat Ivoirien hin, la mère ! Notre plat de fête d’ailleurs ! » et elle de renchérir avec la prétention d’une belle camerounaise « Le nôtre est meilleur, tu verras ».

J’entre en cuisine avec elle ! Je vous assure que le concert d’épices subtilement associés donne à ce plat une autre dimension. Je l’imagine avec un bon Foutou banane à l’ivoirienne ! Laissons la fierté nationale, la maman a des doigts de fée. La sauce est juste succulente ! Une fois à Paris, j’ai refait la recette au grain de sel près, un vrai délice ! Verdict : « Satisfait » ou « Sers-moi un peu encore, je vais terminer mon Foutou !»

mMeilleure

Ingrédients 

  • 1 poule fraiche ou 1 poulet fumé,
  • 2 oignons violets ou 3 échalotes,
  • 4 grosses tomates mûres,
  • 11 gousses d’ail,
  • 25 graines de poivre blanc,
  • 2 tiges de persil frisé bien frais,
  • 2 rondelles,
  • 1 graine de Pèbè (Anango Tiga ou Arachide sauvage),
  • 1 phalange de 4 coté (A peu près la taille de deux gousses d’ail)
  • 3 doigts de gingembre frais,
  • ½ louche d’huile végétale (Huile de palme, huile d’arachide)

Préparation 

  • Découper et nettoyer le poulet,
  • Rajouter les morceaux de poulet dans une cocotte à feu doux (s’il s’agit d’une pondeuse, rajouter trois verres d’eau, du sel, les 4 tomates fendues en deux et l’équivalent de 5 graines de poivre blanc écrasé,
  • Laisser cuire la casserole fermée jusqu’à ce que le poulet soit tendre et éteindre le feu,
  • Sur un caillou (mortier), écraser finement le persil, 1 oignon, l’ail, le Pèbè, les rondelles, le poivre blanc, les 4 côtés,

  •  Mélanger avec le gingembre bien nettoyé et écraser jusqu’à obtenir une pâte lisse,

  • Récupérer la tomate cuite dans le bouillon du poulet, écraser puis réserver dans un récipient,
  • Dans une poêle, chauffer une petite quantité d’huile, rajouter la pâte à base de gingembre … puis, faire frire/dorer les morceaux de poulet,

  • Pendant ce temps, découper un oignon en dés. Dans une petite poêle, faire dorer lentement les oignons dans un peu d’huile, rajouter la pâte de tomate écrasée. Quand le jus de la tomate est fini et que l’huile remonte, rajouter la pistache et laisser griller à feu doux (5-10 minutes) en remuant jusqu’ à avoir une belle couleur (couleur de la sauce arachide),

  • Verser le mélange pistache, tomate, oignons sur le poulet,

  • Bien remuer, ajuster le sel, laisser 5 minutes à feux doux !
  • Savourer avec un bon plat de foutou !

Powered by Facebook Comments