« On dit premier gaou n’est pas gaou ô … C’est deuxième gaou qui est gnata ô ». Ce tube de Magic System devenu interplanétaire après un tour de main aux platines de Bob Sinclar  passe en boucle dans ma tête. Pourtant, rien ne laissait présager que le texte écrit tantôt en Français, tantôt en Nouchi (argot ivoirien) n’aurait pas entravé cette dimension internationale .

En Côte d’Ivoire, un « gaou » c’est quelqu’un de naïf, de candide, qui ne connais pas les rouages… Justement dans le tube « premier gaou » de « Magic System », le narrateur estime qu’il a été « gaou » une première fois mais ne cédera pas une seconde fois aux manipulations de son ex-petite amie.

Pour la petite histoire, le terme « gaou » désigne aussi en Côte d’Ivoire des croustillants beignets à base d’haricots. Mes tantes en cuisinaient souvent pendant le Carême Musulman pour mon plus grand bonheur. Je ne jeûnais pas mais je participais inconditionnellement à la rupture du jeûne où foisonnaient à outrance toutes sortes de beignets et de bouillies. J’ignore à ce jour si le nom « Gaou » est justifié par une quelconque raison… Je sais juste que les connaisseurs, ceux qui ne sont pas « gaous » animeront réaliser et déguster ce coupe-faim. D’ailleurs,  en écrivant cet article, j’ai découvert avec deux amies Ivoiriennes (Ami et Madina 🙂 ) qu’on appelait également ces beignets « Sosso Froufrou ». Je suis de moins en moins « gaou ».

Les beignets d’haricots sont également connus au Bénin, au Togo, au Burkina et au Sénégal sous les noms de « Accras de Niébé », « Akara », « Ata » , « Samsas », « Cossey ». Ils se mangent chauds en accompagnement d’une petite sauce pimentée.

Attention, gourmands non patients s’abstenir ! En effet la recette est hyper simple mais la préparation des haricots est hyper longue .

À vos marmites ! Prêts? Cuisinons!

Ingrédients (pour 4 personnes)

  • 250 g d’haricots blancs ou cornilles,
  • 2 gousses d’ail,
  • 1/2 oignon,
  • 1/4 de piment,
  • du sel ou un cube d’assaisonnement,
  • 500 g de patience.
Notre p’tite préparation 🙂
  1. Tremper les haricots dans l’équivalent de deux volumes en eau chaude ou tiède,
  2. Laisser reposer 12-24h et versez l’eau (les haricots s’engorgent d’eau et doublent de volume 😉 ,
  3. Recouvrir encore d’eau et frotter les haricots par poignée entre les paumes de vos mains,
  4. Répéter l’opération régulièrement jusqu’à enlever les fines pellicules transparentes et les yeux noirs des haricots. Verser l’eau et les pellicules qui remontent  à la surface en inclinant légèrement votre récipient,
  5. Rajouter un peu de patience 🙂 ,
  6. Les étapes 3, 4 et 5 sont à réaliser plusieurs fois jusqu’à avoir des haricots tous blancs et sans points noirs,
  7. Écraser dans un mixeur les haricots, un oignon, deux gousses d’ail et un quart de piment.
  8. Saler, rajouter un demi-sachet de levure chimique et laisser reposer recouvert d’un torchon pendant une heure dans un endroit tiède,
  9. Battre énergiquement au fouet ou au batteur électrique,
  10. Faire faire dans de l’huile bien chaude par petite portion prélevée au doigt ou à la cuillère,
  11. Déguster tiède avec une sauce tomate pimentée*.

gaou haricot

gaou-akara-ata-niebe-cossey

*Sauce pimentée : mixture d’oignons, tomates et de piment laissée à cuire une dizaine de minutes.